Actions sur le document

Zone de front

Mont de la Hutte et vallée de la Douve


Le Mont de la Hutte (Hill 63*) offre une situation idéale pour mieux percevoir l’importance stratégique des lieux en 14-18.  Le regard plonge vers la vallée de la Douve, remonte la crête de Messines et découvre le Parc de la Paix, sa tour irlandaise et l’église Saint-Nicolas de Messines. 

Plus loin se profilent Wulvergem et les Monts de Flandre.  La crête de Messines et les différents points culminants du Saillant d’Ypres seront des objectifs majeurs pour les forces belligérantes.

-    Bataille de Messines : offensive britannique en juin 1917
-    4e bataille d’Ypres : contre-offensive allemande en avril 1918

*Hill 63, Hill 62 et Hill 60 (Zillebeke) : 3 collines (altitude 63, 62 et 60 m) constituant des lieux stratégiques importants du Saillant d’Ypres.

 

Ruines du château Breuvart


breuvart 2
Au sommet du Mont de la Hutte surgissent les ruines du château Breuvart détruit peu après le début des hostilités, en 1915.  Cette riche demeure, résidence secondaire d’une importante famille d’industriels armentiérois, servit de poste d’observation à l’armée britannique.


 

Chemin des dalles


100 dalles
Ce chemin au dénivelé important permettait aux troupes britanniques de relier le quartier de la Hutte au sommet de la colline.  Afin de le rendre plus accessible, les soldats l’avaient consolidé de blocs de béton de même forme et de mêmes dimensions, placés horizontalement comme les marches d’un escalier.

 

Catacombes


catacombsEn temps de guerre, les abris souterrains constituent une meilleure protection contre les tirs d’artillerie et les bombardements.

Dès 1916, cette stratégie défensive fut utilisée dans le secteur de Plugstreet.
Dans le versant sud du Mont de la Hutte Hill 63, la 1st Australian Tunnling Company creusa un ensemble de galeries souterraines, aussi vaste qu’un terrain de football.

Ces galeries surnommées The Catacombs ou Hill 63 dugouts ou Wallangara pouvaient abriter quelque 1200 hommes.  Elles comportaient des couchettes, une cantine, un centre de transmission, un poste de soins... et étaient pourvues de trois sorties au nord et trois autres au sud.  L’entrée principale de Hyde Park Corner, suffisamment large, permettait le passage d’un wagonnet.  La circulation en sens unique facilitait également le déplacement de centaines d’hommes.

The Catacombs abritèrent les soldats australiens avant qu’ils ne montent à l’assaut de la crête de Messines, première phase victorieuse de la 3e bataille d’Ypres.


Le Général Herbert Charles Plumer

Commandant de la Second Army en 1917 au Saillant d’Ypres, le général Plumer fut l’un des principaux stratèges de la bataille de Messines Messines Ridge en juin 1917.  Le 1er novembre 1916, il inaugura les catacombes ou Hill 63 Dugouts aménagées sous le Mont de la Hutte.  Dix-neuf autres généraux et leur état-major assistaient à l’événement.

 

Plugstreet* wood

 

plougst woodDès les premiers jours de la guerre, la dénomination des chemins et des allées dans les bois de Ploegsteert ainsi que des bâtiments environnants fut modifiée par le London Rifle Brigade.  Ces soldats britanniques connaissant très peu la langue française attribuèrent des noms essentiellement londoniens aux différents lieux.  Ce moyen leur permit de communiquer aisément et de désigner l’ensemble des positions britanniques et allemandes.  Ainsi, les troupes préparant une attaque pouvaient s’assurer que l’artillerie, le soutien logistique, l’intendance, le personnel médical, l’aviation… connaissaient la position exacte de la cible.

* Ploegsteert est un toponyme que les soldats du Commonwealth prononcent avec difficulté... Bien vite Ploegsteert deviendra pour eux Plugstreet.

 

Abris

 

P1100208De nombreux abris, pour la plupart inaccessibles, marquent les lignes de défense britanniques dans les bois de Ploegsteert et les environs immédiats.  Certains servaient de postes d’observation avancés, d’infirmeries, de postes de secours, d’autres étaient destinés à abriter des groupes électrogènes, des stations de pompage, des centrales téléphoniques et électriques ou encore des munitions.  Les abris à meurtrières étaient conçus pour recevoir des mitrailleuses et des snipers.

 

Birdcage

 

birdcageLe 7 novembre 1914, les Allemands attaquèrent les Britanniques entre le Saint-Yvon (St Yves) et le Touquet.  La ligne se maintint, à l’exception du secteur entre le Saint-Yvon et le Gheer. 

Le Gheer finit également par tomber et l’ennemi s’empara des tranchées britanniques situées au nord du hameau.  Après plusieurs tentatives infructueuses pour reprendre les tranchées perdues et de repousser l’ennemi, les Britanniques ne renouvelèrent plus leurs assauts successifs.  La ligne de front fut alors consolidée. 

L’endroit protégé par un impressionnant réseau de barbelés fut surnommé Birdcage et demeura aux mains des Allemands.  Ils n’abandonnèrent la position qu’en septembre 1918, lors de l’avance alliée.

 

Cratères de mines

 

cratèreQuelques milliers de soldats allemands furent tués lors de l’explosion de 19 mines, le 7 juin 1917.  La déflagration, ressentie jusqu’à Londres, fut assourdissante et les dégâts considérables. 

Le sol s’ouvrit et d’énormes cratères formèrent de profonds entonnoirs.  La plupart furent comblés ultérieurement.  D’autres se remplirent d’eau tels les deux cratères situés de part et d’autre de la Riche Rue à Warneton : l’Ultimo Crater et celui de la Factory Farm.

La bataille de Messines devait débuter par l’explosion de 24 mines.  Pour des raisons stratégiques, 19 d’entre elles furent mises à feu.  Les charges explosives restantes ne furent pas retirées à l’issue du conflit.  Lors d’un orage, le 17 juillet 1955, la foudre s’abattit sur un pylône et provoqua l’explosion de l’une de ces mines, chemin des Loups à Warneton.