Actions sur le document

Contexte historique

Le Mémorial érigé à Ploegsteert, par la Grande-Bretagne, remémore le sacrifice de onze mille de ses soldats morts dans notre région sans que leur corps soit retrouvé.

Durant les quatre années de la Grande Guerre, les belligérants s’affrontèrent; d'un côté, les forces allemandes, de l'autre, les alliés venus de tous les continents; la ligne de front divisant la région par moitié.

Les civils ne furent pas épargnés.  Pris au piège, ils durent, de part et d'autre du front, cohabiter avec les troupes, subir les risques et les conséquences de bombardements, subir la discipline imposée par l'autorité militaire, le rationnement, l'isolation et quitter leur lieu de vie pour un exode lointain sans perspectives de retour.

Les combats dévastèrent entièrement notre région; aucune construction ne subsista.  De nos jours encore, le sol conserve des traces visibles de cette tragédie.

En vue de la prise du saillant Messines-Wytschaete, l'artillerie de part et d'autre du front pilonna la région pendant quinze jours et le 7 juin 1917, dix-neuf mines explosèrent : le ploegsteert 2bruit de l'explosion se répercutant jusqu'à Londres.

C'est essentiellement cette opération qui amena les autorités à évacuer les derniers civils et provoqua l'anéantissement complet des constructions encore préservées.

Quoique vide de ses habitants mais non de soldats, tout le secteur connut encore deux offensives, la bataille de la Lys avec la prise du Mont Kemmel et fin septembre début octobre 1918, l'offensive libératrice.

La terre bouleversée accueillit bientôt les premiers habitants rentrant d’exode.  Ceux-ci s’abritèrent dans des baraquements peu salubres en attendant la construction de maisons plus décentes.
 

Francis De Simpel,
Président de la Société d’Histoire de Comines-Warneton et de la région